Ballade Nocturne

jeudi 11 février 2010
popularité : 69%

Ballade Nocturne
(Théâtre Musical)

De

Gao Xingjian

« Ballade nocturne »

« Ballade Nocturne » se présente comme une longue insomnie au travers du cerveau-scène d’une femme, en proie aux affres d’un ludisme cruel où alternent gouaille, introspection maladive, autodérision, et même une sorte d’héroïsme grotesque. Dans le cabaret intérieur de ses songes, de ses fantasmes, La Comédienne, Elle, Nous, Je… nous entraîne dans une ballade au travers des identités fragmentées de la féminité, en proie au vertige du passage de l’un à l’autre de ses masques, jusqu’au naufrage final du petit matin et du café crème…

Contexte de la création de Ballade Nocturne

À la Compagnie SourouS, nous avons entamé un « compagnonnage » de longue date avec Gao Xingjian. Nous l’avions reçu pour un chantier de création dans le cadre d’Auteurs en Acte 1998, où il était venu mettre en scène, sur place, sa dernière pièce d’alors « Dialoguer/Interloquer », qu’il avait donné en chantier de création. À cette occasion, nous avions beaucoup parlé de son théâtre et de sa conception du travail de l’acteur, dans lesquels nous avons reconnu beaucoup de nos préoccupations, que l’on pourrait ainsi résumer : la volonté d’articuler une recherche permanente à travers les écritures et les modes de productions contemporains avec une tradition théâtrale, s’appuyant sur la force de transmission de savoir-faire traditionnels longuement éprouvés (clown, enseignement gestuel de Marcel Marceau, Jean-Louis Barrault et du théâtre traditionnel chinois, transdisciplinarité du cabaret, etc.) qui évitent à l’écriture contemporaine de se déraciner du « tronc commun social »
Nous avons, par la suite, monté sa pièce « Au bord de la vie », en version française et espagnole. Gao a apprécié ce montage, et nous a proposé une œuvre inédite, « Ballade Nocturne, Livret pour un spectacle de danse », écrite en 2007. Nous avons proposé à Gao de remplacer les danseuses et l’homme par des marionnettes et de passer commande d’une musique, pour réaliser un spectacle théâtral pluridisciplinaire, s’appuyant sur le chant, la musique, le geste, la marionnette et la vidéo. Cette pluridisciplinarité n’est pas pour nous une fin en soi, mais découle directement des niveaux d’identification différents qui traversent et bouleversent en permanence la pièce (et l’œuvre de Gao en général), le personnage se dédoublant en plusieurs acteurs, passant de l’incarnation (Je, nous, vous) à la distance la plus grande (Elle) en passant par le conteur, de l’incarnation d’un songe à l’interprétation d’un poème, etc. Gao a été enchanté de l’idée de représenter ainsi cette « intériorité chorale » qu’induit son écriture. Nous proposerons donc une première étape de création en chantier le 8 Novembre 2009 dans le cadre d’Auteurs en Acte, afin de présenter à Gao Xingjian, à nos partenaires et aux membres de la commission d’experts ce projet in vivo, afin qu’ils donnent leur avis, avant la création à proprement parler, qui aura lieu, elle, en Mars 2010 au théâtre de l’Epée de Bois à la Cartoucherie à Paris, puis en Avril à la Maison de la Musique et de la Danse à Bagneux.
Note d’intention de la
Mise en scène :

« Ballade Nocturne », présentant l’aspect d’une méditation sur la fragmentation des identités, la mise en scène se placera sous le signe d’une juxtaposition de « travestissements », comme un essayage nocturne des différents fantasmes, stéréotypes, fausses identités culturelles projetées sur la féminité, tantôt acceptées, tantôt rejetées par le personnage.
L’aspect « concret » de ces travestissements sera marqué par des changements de costumes, les « déguisements » jouant le rôle de ce qui littéralement est ou vient se « coller à la peau » du personnage. Au début, les trois interprètes arriveront habillées et maquillées de façon identique, pour marquer qu’il s’agit de la division en trois sur scène de la même personne.
Ensuite, au fur et à mesure, la comédienne-chanteuse, soit en ôtant des costumes, soit en en ajoutant, passera d’une identité illusoire à une autre, les deux marionnettes devenant comme des Gardiennes de l’être profond, du personnage, veillant à ce que le vertige des identités n’aille pas l’aliéner totalement (danseuse mélancolique et danseuse dynamique dans le texte).

L’interprétation des Danseuses renoue avec le théâtre Oriental qui laisse place à des personnages interprétés par des marionnettes. Ainsi, durant la pièce, elles auront un jeu d’ailleurs ambigu, voire même pervers, puisque tout en se portant garantes de la pérennité de l’âme du personnage, ce sont également elles qui impulsent, par leur musique, le vertige des métamorphoses.

Les moments d’habillage-déshabillage feront l’objet d’un véritable travail chorégraphique et gestuel, véritable transposition matérielle des sentiments intérieurs : les vêtements seront « arrachés » comme une peau, investis comme un cocon, caressés ou déchirés comme dans une joute passionnelle, ce qui confère aux costumes un rôle de véritables partenaires dramatiques et scénographiques.

La musique :
Elle sera partie prenante, en jouant sur différents styles musicaux, de ces différents « essayages d’identités », tantôt en les provoquant, tantôt en réagissant aux différents états du texte et de la mise en scène.
Des passages purement instrumentaux accompagneront les moments gestuels et les projections.
La voix parlé (apartés, voix chuchotée, scandée, déclamée, incarnée, etc.) et la voix chantée (récitatif d’opéra, arias, chanson populaire française, latino, tangos etc.) seront entendues dans « tous leurs états ».


Documents joints

DOSSIER CREATION
DOSSIER CREATION

Portfolio

JPEG - 133.2 ko JPEG - 32.8 ko JPEG - 62.6 ko JPEG - 88.9 ko

Navigation

Articles de la rubrique

  • Ballade Nocturne

Annonces

Le Château des Clandestins au théâtre EL DUENDE

TROIS REPRÉSENTATIONS EXCEPTIONNELLES SERONT DONNÉES LES 8-14 ET 15 FÉVRIER AU THÉÂTRE "EL DUENDE" A IVRY.

"Le Château des Clandestins" est un théâtre fou, brutal, joyeusement provocateur… (Télérama)

"Malavia livre dans cette pièce une très belle performance de comédien" (Les trois coups)

"Le choix de mise en scène apporte certes une part de dérision, mais donne étrangement plus de force et de dynamisme à une interprétation à la fois rythmée, drôle et touchante" (L’Intermède)

Métro Mairie d’Ivry (ligne 7)

Réservation 01 46 71 52 29
site du théâtre