Présentation de l’édition 2010

seizième édition ÉCRITURES POUR RÉ-INVENTER
samedi 3 juillet 2010
popularité : 44%

« Caminante, no hay camino, se camina al andar »
« Il n’y a pas de chemin, le chemin se fait en marchant »
Machado

D’un côté, L’AUTOROUTE de la culture de masse, cette « culture qui plaît à tout le monde », mondialisée ; ce soft power (pouvoir doux) qui n’a de doux que le nom, puisqu’il s’agit pour lui de prendre le contrôle de notre imaginaire social en s’ingéniant à nous faire DÉSIRER des modèles de sociétés iniques, anesthésiant ainsi toute interrogation sur leurs fondements.

De l’autre côté, LA ROUTE NATIONALE - notre exception culturelle, notre politique culturelle - pour beaucoup détournée de son efficience par cette manie toute française de répondre à tous les défis par la création de nouvelles « élites ». C’est ainsi que nous pouvons aujourd’hui nous enorgueillir d’une des arTistocraties les plus chics du monde, dont les créations (et leur impact) se retrouvent au final anesthésiées dans l’œuf par des modes de production déterminées par le « milieu culturel », dont l’artiste se fait l’écho plus que du monde et de sa propre intériorité.

Si le théâtre d’aujourd’hui peut tenir son rôle dans la « ré-invention » du monde ,
c’est peut-être quelque part ailleurs, avec ceux dont l’empreinte bruit sur un sentier dessiné par leurs propres pas… Ces MODESTES SENTIERS que nous avons fait le pari d’emprunter, entre l’usine et le jardin du curé ; cette minuscule troisième voie artisanale, de ceux qui ne veulent pas opposer l’écoute infiniment attentive du monde de leur propre aventure poétique. Ceux dont la devise, souvent au détriment de leur confort et au prix de leur solitude, pourrait être : « Pour peu qu’on accepte de se perdre, l’inattendu est au rendez-vous. Pour peu qu’on ose se fier au détour, on fait des découvertes que ne soupçonneraient jamais ceux qui s’en tiennent aux autoroutes. Je cherche les sentiers perdus, qui attendent d’être tirés de leur sommeil » (Henning Mankel, Avant le gel).

C’est avec plus de 60 artistes (comédiens, metteurs en scène, auteurs…) que nous emprunterons cette année ces sentiers buissonniers, entre les mondes du travail, de la psychiatrie, des troubles neurologiques, du langage du corps, de la révolte ; ces sentiers vicinaux, avec 2 pièces made in Bagneux, sans oublier l’ouverture sur le grand large de la créativité sociale avec l’Appel des Appels, au centre du débat « Paroles en Acte »…

Marcos Malavia & Muriel Roland
Directeurs de la Compagnie SourouS.


Navigation

Articles de la rubrique

Annonces

Le Château des Clandestins au théâtre EL DUENDE

TROIS REPRÉSENTATIONS EXCEPTIONNELLES SERONT DONNÉES LES 8-14 ET 15 FÉVRIER AU THÉÂTRE "EL DUENDE" A IVRY.

"Le Château des Clandestins" est un théâtre fou, brutal, joyeusement provocateur… (Télérama)

"Malavia livre dans cette pièce une très belle performance de comédien" (Les trois coups)

"Le choix de mise en scène apporte certes une part de dérision, mais donne étrangement plus de force et de dynamisme à une interprétation à la fois rythmée, drôle et touchante" (L’Intermède)

Métro Mairie d’Ivry (ligne 7)

Réservation 01 46 71 52 29
site du théâtre


Sites favoris


1 site référencé dans ce secteur